Notre belle cité est riche de son passé et des personnalités qui y sont nées, mais souvent, le hasard des temps, a voulu que des hommes et femmes sont venus dans notre ville apportant leur savoir, leur humanité et donnant à travers tout cela une nouvelle dimension à leur oeuvre qui reste désormais attachée à Bergerac, c'est d'une de ces personnes, bergeraçoisebergeraçoise de coeur, dont nous vous résumons la vie et qui a contribué au renom de notre ville par sa présence, que nous honorons ce jour.

Ramon Xuriguera est né le 3 avril 1901 à Menargues en pays catalan. Si ses premiers écrits sont publiés en 1914 dans le Bulletin duLiceu escolar dont l'un des titres est " los horrores de la guerra"", une réflexion sur la Première Guerre mondiale.

Au début du XX ème siècle, la ville de Lérida ( Lleida) connaît un essor intellectuel considérable : le Noucentime ou Génération de 1900. Ramon Xuriguera va collaborer à de nombreuses revues comme critique littéraire. La dictature militaire de Primo de Rivera l'oblige à s'exiler à Paris, il devient professeur d'espagnol à la Sorbonne où il rencontre sa future femme Henriette Guitard, originaire de Mouleydier. Le café " La" ROTONDE" à Montparnasse sera le lieu des réunions des intellectuels espagnols et catalans.
Après la chute de la dictature, il revient à Lérida pour être  le secrétaire particulier du président de la " Generalitat de CatalunyaCatalunya" et il écrit " Espils dormits" illustré par Emil Grau-Sala qui exposera ses oeuvres à Bergerac grâce à lui. Il épouse Henriette  le 17 décembre 1934. Son fils unique, Gérard naît en 1936 peu de temps avant la guerre civile.
En 1938 deux de ses frères, sont tués. Après la chute de Barcelone il part pour Paris et en juillet 1939 il s'installe à Mouleyder.

Il va connaître à nouveau les a trocités de la guerre, sa maison et ses manuscrits seront incendiés par la 11è Panzer division de la Wehrmacht. Il pourra sauver un manuscrit  " Els Astruc" etles traductions en catalan du " Grand Meaulnes" et des " Mémoires  du Cardinal de Retz.

En 1950 devenue citoyen bergeracois il achète une maison rue Thiers. Il fréquentera le milieu bergeracoisdes arts et lettres et organisera des expositions sur l'art sacré, sur Grau-Sala. Il collabore avec la presse française et donne de nombreuses conférences.

Il meurt à Bergerac le 22 août 1966 et il est enterré dans le cimetière Beauferrier.

Il a laissé une importante oeuvre, dont la bibliothèque de Bergerac en octobre 2006 a organisé une rétrospective..Son essai " Jacint Verdaguer, L'home i l'obra" sur un grand poète catalan sera écrit de 1945 à 1955 et  ne sera publié qu''en 1971 grâce à la ténacité de son frère Joan Baptista .  ( Source G.LAJONIE) Merci     Il serait souhaitable que la ville de Bergerac lui rende hommage en donnant son nom à une des rues de notre cité, cest là le voeu que nous formons avec tous ses nombreux  amis.

Wxurigok